UA-59106369-4

Que fait-on de Deulofeu ?

Revenu au bercail après un périple chaotique aux trois coins de l’Europe, Gerard Deulofeu retrouve le Barça cet été, accompagné d’incertitudes, d’interrogations, pour ne pas dire de doutes pour les suiveurs culés.

Dans un passé qui commence déjà à dater, Pep Guardiola, alors à la tête d’un Barça rutilant et ultra-dominant en Europe, lançait dans le grand bain un blondinet qui arborait déjà tous les atouts de la tête-à-claque trop sûre d’elle. On est en 2011, Gerard Deulofeu a 17 ans mais trimballe déjà depuis un bout de temps, agrafée au col de sa tunique blaugrana, l’étiquette « futur-crack » (pour ne pas dire « nouveau Messi » qui a certainement dû lui être allouée…). Une réputation flatteuse qui n’avait pas franchement réussi à Bojan Krkic, son devancier dans le domaine, lui aussi au-dessus du lot à la Masia et qui avait pris de plein fouet la réalité du haut-niveau dans l’équipe la plus compétitive du monde. L’apprentissage chez les grands sera tout aussi abrupt pour « Deu », qui va vite comprendre que les exigences n’ont pas grand-chose à voir avec celles d’un Barça B dans lequel il évoluait dans trop de facilités.

https://www.youtube.com/watch?v=ZdOTOMRHwEM

Que s’est-il passé depuis 6 ans ?

Avant son retour cet été dans l’équipe qui l’a vu grandir, Deulofeu a profité de ses années étudiantes pour se concocter un parcours Erasmus des plus pointus. Everton, Séville, Everton à nouveau, puis le Milan AC ces six derniers mois, il aura fallu rester connecté de près pour pouvoir géolocaliser le môme de Riudarenes dernièrement. Malheureusement, le dénominateur commun de ses diverses expériences restera l’impression mitigée laissée par ses performances. Pour ne s’attarder que sur les trois dernières saisons, force est de constater que, malgré quelques bonnes périodes à Everton ou au Milan, Deulofeu n’a crevé l’écran nulle part.

Dans le détail, avant-même d’aller chercher à creuser ses statistiques, c’est son temps de jeu famélique qui interpelle, signe que ses entraîneurs successifs n’ont eu qu’une foi modérée dans le « phénomène ». A Séville, Emery ne l’a titularisé que pour un quart des matches de Liga. A Everton, si son exercice 2015-16 a été plutôt bon, il n’a été aligné d’entrée qu’à seize reprises. Deu a même touché le fond lors de la phase aller l’an dernier, avec seulement 4 titularisations et 7 entrées en jeu… En y regardant de plus près, ce qui fait le plus mal reste l’identité des joueurs qui lui étaient systématiquement préférés dans le 4-2-3-1 de Koeman. Derrière Lukaku, la triplette favorite du coach était composée de Mirallas, Barkley et Bolasie, avec Lennon en 4ème option, le Catalan n’arrivant que comme le 5ème doigt dans le gant.

Comment a été utilisé Deulofeu?

Lors de ses élucubrations en Andalousie, sur les bords de la Mersey puis dans le Piémont, Dracofeu a occupé différents rôles sur le front de l’attaque. Chez les Toffees, il était essentiellement utilisé comme ailier, à droite mais aussi à gauche ponctuellement. Une fonction de joueur de couloir qu’on lui a vu occuper également avec la Rojita cet été, souvent côté droit avec des permutations sur l’autre aile en cours de rencontre. Avec les Rossoneri, la donne reste sensiblement la même, bien que les nombreuses adaptations du système de Montella n’aident pas nécessairement à une lecture claire du poste du petit Gerry. Malgré une tendance forte au polymorphisme tactique, c’est le 4-3-3 (celui que l’on connaît particulièrement bien en Catalogne) qui a le plus souvent été utilisé par l’AC Milan lors des six derniers mois. Dans cette attaque à trois, Deu héritait d’une aile (la gauche, le plus souvent), l’autre revenant à Suso.

https://www.youtube.com/watch?v=qbO3VQt2Q4U

Forces et faiblesses de Deulofeu

Si l’on se penche sur le contenu chiffré des récentes saisons de Deulofeu, il saute aux yeux que l’ex-Masian n’est que très modestement décisif. Comme indiqué dans le tableau comparatif ci-dessous, ces périodes les plus fastes se résument à 2 buts et 8 passes dans sa meilleure saison à Everton, et 4 buts, 3 assists pour sa demi-saison milanaise. Pas franchement de quoi grimper aux rideaux du salon…

Une constante de son jeu, il semble plus porté sur la passe décisive que sur le but, comme en attestent ses bilans. Son apport dans la création offensive lors de son passage en Italie demeure non-négligeable, notamment dans les catégories des tirs, passes-clés, dribbles et fautes subies. Sa progression est spectaculaire dans ces registres, même si les statistiques mériteraient d’apparaître par 90 minutes plus qu’au nombre de matches joués.

Étonnamment, alors entre autres que sa qualité de centres abreuvait régulièrement Lukaku chez les Toffees, Deu se montre en retrait avec environ un demi-centre effectué par match seulement. Autre point noir, il touche relativement peu de ballons, ce qui peut s’expliquer par le caractère peu dominant des équipes dans lesquelles il a évolué. Mais une autre source d’explication se trouve peut-être également dans la qualité de ses déplacements, de sa disponibilité, ou plus globalement de son intelligence de jeu.

Deulofeu ces dernières années (source: Whoscored.com)

Deulofeu ces dernières années (source: Whoscored.com)

 

Ce qui nous emmène directement à la question du QI foot, qui est certainement le point le plus problématique lorsque l’on évoque le bonhomme. On en a encore eu l’illustration lors de l’Euro U21, Deulofeu ne brille pas par sa lecture du jeu, ni par la justesse de ses choix. On peut d’ailleurs se féliciter de la non-venue de Bellerin, car l’animation du couloir droit de la Sub21 s’était avérée pour le moins chaotique. Félicitons-nous de ne pas la retrouver en Blaugrana à la rentrée.

Quelle utilisation de Deulofeu dans le Barça de Valverde ?

On vient de faire le tour de la question, le profil que le Barça vient de rapatrier est donc celui d’un ailier ayant plutôt des accointances côté droit. Ça tombe bien, l’aile droite était justement le parent pauvre de l’animation offensive la saison passée. La première question à laquelle il faudra répondre pour y voir plus clair sur le rôle que Deu pourrait jouer, évidemment, se trouve dans le (ou les) système(s) que Valverde souhaitera mettre en place. On devrait forcément retrouver le traditionnel 4-3-3, avec la MSN aux avant-postes, qui ne laissera que peu d’occasions de briller à notre pétillant blondinet… Mais si le nouveau Mister devait, de temps à autre, innover avec un 4-2-3-1 qu’il affectionne, ou avec le 3-4-3 de la saison passée, la donne serait tout autre.

Dans ces deux schémas, on imagine assez clairement Messi installé dans l’axe, les rennes de l’équipe dans les mains (ce qu’il fait de toute façon, même en 4-3-3). L’animation offensive aurait alors – enfin !! – l’opportunité de trouver un peu d’équilibre entre les deux lignes de touche. Neymar ancré à gauche, Deulofeu aurait alors la possibilité d’être son pendant côté droit, et de donner de la largeur à un jeu blaugrana qui en a cruellement manqué dans un passé récent. Si Valverde songe effectivement à recourir à une organisation avec Messi axial, derrière Suarez, encadré de deux ailiers, alors l’incorporation de l’ancien enfant prodige fait sens. Reste à savoir s’il est vraiment le meilleur candidat de l’effectif actuel…

https://twitter.com/gerardeulofeu/status/885939916118601732

Deulofeu est-il la meilleure solution à droite ?

Sur le papier, Deulofeu et son profil d’ailier auraient la faveur des pronostics pour occuper cette place sur la banda derecha. Dans les faits, le scepticisme a encore quelques arguments. Outre de la largeur, l’aile droite blaugrana a également besoin de profondeur, et Deu n’est pas le joueur le plus mobile qui soit. Dans ce registre, la qualité des appels en profondeur d’Aleix Vidal en font un candidat au moins aussi intéressant. Deulofeu n’a pas énormément de constance au cours d’une rencontre, il sera plutôt le joueur d’un ou deux éclairs, plus qu’un pourvoyeur de solutions consistant sur 90 minutes – à ce titre, on pourra éventuellement l’envisager dans un rôle de SuperSub. Sa qualité de dribble l’avantage, mais le FCB a t-il besoin d’un croqueur de gonfles supplémentaire ? On pencherait plutôt pour un joueur qui apporte de la fluidité. Enfin, et ce sera d’autant plus vrai dans un 4-2-3-1 ou un 3-4-3 qui dépeuplent respectivement le milieu ou la défense. Là, le joueur qui occupera le couloir droit aura également une tâche prépondérante dans le secteur défensif. Et on ne peut pas dire que Deulofeu soit des plus assidus aux replacements et autres compensations…

Dans l’hypothèse où Valverde utiliserait un joueur sur l’aile, il n’est donc pas clairement indiqué que Gerard soit l’Elu. Aleix Vidal, qui a occupé ce rôle à Séville, affiche quelques arguments solides : base défensive de latéral, prise de profondeur, disponibilité. Ses performances de l’hiver (avant de croiser la route du prix Nobel Théo Hernandez…) plaident pour lui. Dans un autre style, Sergi Roberto pourrait faire la maille. Adepte de la chevauchée lancée plus que de l’appel de balle dans le dos de la défense, SR20 garantit un volume de jeu dans le couloir. Et il n’est jamais aussi bon dans cette zone que lorsqu’il ne porte pas l’intégralité de la responsabilité défensive (en tant que latéral, il a eu tendance à garder le frein à main enclenché). On se souvient d’un Clasico au Bernabeu lors duquel il avait excellé dans cette position. Enfin, Denis Suarez aurait aussi la gueule de l’emploi, mais il paraît plus à l’aise de l’autre côté de la pelouse, et aspire donc naturellement à endosser le costume de doublure de Neymar.

Au final, la venue de Deulofeu reste accompagnée d’un épais nuage de flou. On n’est peut-être pas à l’abri d’une bonne surprise, mais l’à-propos de son retour reste en question. Le Barça a déboursé 12M€ pour le transfert et n’a curieusement pas sorti tambours ni trompettes pour accompagner sa signature. On parle également de revente le concernant, mais il ne nous étonnerait qu’à moitié que la plus-value ne soit pas mirobolante. En attendant, Gerry, qui a écourté ses vacances, est arrivé blessé et ne sera pas de la tournée aux Etats-Unis. Cela risque forcément de compliquer son intégration au sein de l’effectif.

Abonnez-vous c'est gratuit!
[jetpack_subscription_form]

Photo: Twitter @fcbarcelona_cat

A propos de l'auteur

Julien Llop
Julien Llop

Amateur du Barça, de Guardiola, de stats et de tactique. Titulaire sur Blograna.fr depuis 2011

6 Comments

Réagissez
  • Excellent article! Le seul point d’ombre concerne l’oubli de Semedo. Il pourrait également très bien jouer ailier droit dans le 3-4-3 ou le 4-2-3-1.

  • Trés bon article. Mais je pense que le Barça de cette année aura grandement besoin d’un milieu offensif tres technique afin de reposer Messi et Iniesta qui est vieillissant. Des joueurs du profil de Coutinho et Verrati, si le Barça venait à les faire signer du coup, sauf accident de parcours, ferait de cette équipe le favori sur tous les tableaux.

    • J’ai beaucoup admiré ton commentaire mais ce qui me demande ce journaliste n’a t-il pas d’autre chose à faire que de se préoccuper des recrues du Barça. Le comité technique et l’entraineur du Barça ayant autorisé le paiement de la clause du joueur sont bien placés pour vous donner les raisons qui soutendent cette opération de rachat. Donc calmos monsieur le Journaliste vous vous préoccupez un peu trop du Barça

      • Sur ce coup là j’en prends la responsabilité. C’est moi qui ait proposé le sujet à Julien sachant que Deulofeu est un nouveau joueur et que beaucoup de monde – à commencer par moi – se demandent comment il va évoluer dans l’effectif.

      • EL de Hount, de quoitu parles? Les forums sont là pour permettre aux fans de donner leurs avis sur l’actualité du barça, donc ce journaliste,contrairement à ce que tu dis, ne se préoccupe pas du Barça, c’est juste une analyse qu’il partage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *