UA-59106369-4

« Iniesta est le dernier gardien du temple »

Les auteurs de « Mon histoire », la biographie autorisée d’Iniesta, racontent comment ils ont côtoyé pendant 4 ans le capitaine du Barça et son entourage.

Ils ont eu la chance de côtoyer Andrés Iniesta pendant 4 ans. Ramón Besa et Marcos López, respectivement journalistes à El País et El Periódico, ont en fait été choisis par le capitaine du Barça pour écrire sa biographie autorisée. « Andrés lisait tout chaque matin et chaque soir. Il n’a même pas eu besoin de relire le livre tellement il le connaissait par coeur » glisse Marcos López.

« C’est lui qui a eu l’idée précise Marcos. Un matin je reçois un message sur WhatsApp de sa part qui me disait « Tu aimerais écrire un livre sur moi? » sans dire même ni bonjour. Je n’en parle qu’à ma femme parce que cela me semble impossible mais trois semaines plus tard je reçois un autre message où il dit « Tu t’entends bien avec Ramón? ». Je lui réponds que oui, que c’est un ami. 5 minutes après Ramón m’appelait pour me dire qu’Andrés l’avait contacté ».

Marcos Lopez et Ramon Besa, auteurs de la biographie d'Iniesta

Marcos López et Ramón Besa, auteurs de la biographie d’Iniesta (photo: Olivier Goldstein)

 

C’est ainsi qu’est né « Mon histoire » d’Andrés Iniesta (éditions Marabout). Un livre commencé en 2012 et terminé en 2016 « parce que les droits avaient été vendus à un éditeur précise Ramón Besa. Sinon on y serait peut-être encore car Andrés est extrêmement perfectionniste ». Iniesta, roi de la feinte et du contre pied sur le terrain, l’est aussi dans ce livre. Les premières pages dédicacées à sa famille laissent percevoir un Andrés Iniesta différent de celui que l’on connait sur le terrain. « Je crois que personne n’aurait pensé qu’il voudrait faire un livre étant donné qu’il ne donne quasiment jamais d’interview et qu’il semble inexpressif sur et en dehors des terrains alors qu’il a marqué l’histoire de la sélection espagnole et du Barça avec ses buts en finale de la Coupe du Monde et à Stamford Brigde » explique Ramón Besa.

Iniesta, au nom du père

Au fil des pages on voyage avec Andrés de Fuentealbilla dans La Mancha jusqu’à La Masia avec ses doutes, ses pleurs, ses convictions, son envie de réussir. Pas facile de quitter son petit village de la Mancha pour se retrouver dans le monde impitoyable de la haute compétition. « Iniesta en là grâce à sa mère qui a tenu bon pour qu’il reste à La Masia malgré les 500 kilomètres de distance avec son village natal analyse Marcos López. Mais c’est pour son père qu’il joue. Andrés dit toujours que son papa a été un très bon joueur de tercera division – 4ème échelon national. Si Iniesta a fait tous ces efforts pour y arriver c’est qu’il ne voulait le décevoir. »

Momentos que no tienen precio rodeado de los mejores!!!! Gracias por esta celebración!! #33 #family

A post shared by Andres Iniesta (@andresiniesta8) on

En même temps seul le foot l’intéressait quand il était petit. Sa mère l’avait pourtant inscrit dans une banda, un orchestre de rue typique dans cette région d’Espagne, mais Andrés n’est resté qu’un jour. Il était toujours avec un ballon dans le bar que tenait sa famille à Fuentealbilla. « Je pense que c’était aussi un défi pour lui de réussir malgré sa taille. Aujourd’hui c’est facile puisque Xavi et lui ont triomphé au Barça. Mais il y a 20 ans le football espagnol était beaucoup plus physique » commente Ramón Besa.

Le dernier gardien du temple

Quand on demande aux auteurs si Iniesta est le dernier gardien du temple de la Masia, de cette manière d’être, de cette façon de jouer, le silence se fait. Marcos prend sa respiration, se lance, et souffle: « Malheureusement je crois que oui. Les temples sont rénovés ou reconstruits, mais celui-là, construit par Cruyff et modernisé par Rijkaard ou Guardiola, est gardé par Iniesta et Leo en attendant qu’un jour revienne Xavi. Mais celui qui représente le plus le style du Barça aujourd’hui c’est Andrés« . Ramón Besa abonde: « Iniesta a donné à La Masia une dimension sociale, une dimension dans le jeu tandis qu’aujourd’hui il y a une composante commerciale qui n’existait pas avant. Il y aura donc La Masia avant et après Iniesta. Ce n’est pas qu’on y vivait mal mais à l’époque les jeunes faisaient la queue à la cabine téléphonique pour appeler leurs parents et ils allaient à l’école à Léon XIII alors que maintenant ils ont tous un mobile et ce sont les profs qui se déplacent à La Masia pour y faire cours ».

Campeones! Gracias afición! Un orgullo ser culé! Força Barça!! @leomessi

A post shared by Andres Iniesta (@andresiniesta8) on

Iniesta est partout

Plus on avance dans le livre et plus une chose curieuse se produit. Iniesta ne parle plus, il laisse parler les autres. Et pourtant Andrés donne l’impression d’être là tout le temps, partout, comme à côté de nous. « C’était pareil pour nous rigole Marcos. On avait vraiment la pression avec Ramón parce qu’on voulait que notre livre soit à la hauteur du joueur. On parle de l’un des meilleurs footballeurs de l’Histoire du foot espagnol. En plus il est très têtu et extrêmement perfectionniste. Il nous envoyait des fois des photos de nos écrits en demandant si on pouvait changer un mot! »

Beaucoup de gens qui ont partagé son aventure, un moment avec lui, ont contribué à donner une vision d’un Iniesta aux multiples facettes: Messi, Neymar, Suarez mais surtout Valdés ou Puyol, qui étaient avec lui à La Masia, autant que sa famille et ses amis. Aucun n’a parlé en mal de lui. « On a vraiment été heureux de voir comment ses coéquipiers parlaient de lui. Comme par exemple Alves qui explique qu’il voulait jouer contre lui à l’entrainement pour pouvoir s’améliorer dit Ramón.  Et on a essayé de comprendre pourquoi il se torturait autant psychologiquement. »

Iniesta veut se sentir de nouveau important au Barça

Enfin quand on parle d’Iniesta on pense forcément à la saison qui arrive. « Je suis convaincu qu’il va faire une grande année annonce Marcos. La saison dernière a été marqué par les blessures mais l’une d’entre elle était un coup reçu à Valence qui l’a écarté deux mois des terrains. Quand il est au niveau il est stratosphérique ». Ramón Besa va encore plus loin: « Iniesta a besoin de sentir aimé et important dans l’équipe. Blessures mises à part l’an dernier, Luis Enrique l’a tellement protégé qu’il ne savait plus où il en était. Andrés, avec l’Espagne, se sent comme Messi avec le Barça. Personne ne remet en cause qu’il soit titulaire indiscutable en sélection. Alors qu’à Barcelone on se demande qui va jouer milieu gauche. » 

Matinal por el pueblo con estas dos liebres!!!

A post shared by Andres Iniesta (@andresiniesta8) on

Quant à son éventuelle prolongation de contrat, qui prend fin en 2018, tout dépendra de cette année. « Iniesta ne sera pas là pour faire potiche. S’il n’a plus le niveau il partira dans un football qui lui conviendra mieux, au Qatar ou ailleurs, mais jamais en Europe. Seulement, continue Ramón Besa la direction du Barça ne comprend pas le désir d’Iniesta. Dans sa tête Andrés prolonge pour améliorer ses conditions. Par pour les étirer. Cette colère qu’il doit certainement somatiser va lui faire sortir sur le terrain. Il aime sortir de situations complexes sur le terrain. Si j’étais socio du Barça je serai relativement tranquille. Je suis sûr qu’il voudra démontrer qu’il peut continuer encore longtemps ». 

« Iniesta mon histoire », un livre pour l’été

Quand on ferme le livre on a plus qu’une envie. Celle d’avoir Andrés à ses côtés pour l’enlacer et lui dire « merci, je comprends, bravo, je ne savais pas », et lui glisser que « s’il te plaît, si tu peux, fais-nous encore rêver quelques années ». Et s’avouer que non, on ne savait rien de lui avant de commencer à lire l’œuvre de sa vie.

« Iniesta, mon histoire », 19,90€ aux Editions Marabout.

Abonnez-vous c'est gratuit!

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Photo Rudy / Spain / DPPI

A propos de l'auteur

Olivier Goldstein
Olivier Goldstein

Journaliste sportif spécialiste du F.C. Barcelone. Sur @Equinoxradio et 2 fois par semaine sur @But_FC. Fondateur de @leblogdubarca. A Barcelone depuis 2005.

7 Comments

Réagissez
  • Je le vois faire ce que Zizou fait au réal au cas où il devenait Coach du Barça à la fin de sa carrière. Il incarne les valeurs cardinales du FCB. Nous au Congo Brazzaville, nous l’adorons vraiment

  • Comment ne pas apprécier un tel joueur il est extrêmement talentueux, calme, posé, discret. Il est applaudi sur tous les terrains de la Liga y compris sur celui de Santiago Bernabeu.
    Pour passer à un autre sujet J’espère que M. Ernesto VALVERDE va se révéler comme un super coach car sur le plan transfert il paraît qu’il n’y a plus que 18 millions d’euros dans les caisses du Barça.

  • Iniesta na pas une grande taille, certes, mais il est grand par le talent et le caractère. Il fait preuve d »une conduite exemplaire, Respectueux de ses coéquipiers et adversaires, il s »avère être un grand Monsieur. Mais il n’a pas fini de nous surprendre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *