UA-59106369-4

Dembélé: des débuts discrets et prometteurs

Très attendu après le feuilleton de son transfert, Ousmane Dembélé a enfin fait ses débuts sous le maillot bleu et grenat lors des deux dernières rencontres. Une entrée en jeu, une titularisation, une passe décisive et beaucoup de déchet… S’il est particulièrement prématuré de tirer les premières conclusions, on peut d’ores et déjà se projeter sur l’avenir à moyen terme du phénomène.

Des fourmis plein ses frêles mollets après un été particulièrement agité, Ousmane Dembélé a enfin foulé les pelouses en tant que Blaugrana. Son temps de jeu reste limité et assujetti à l’assimilation d’un système nouveau pour lui, aussi est-il bien trop tôt pour établir ne serait-ce qu’un premier bilan de passage. Tout a commencé par 22 minutes face à l’Espanyol dans un match déjà plié, avec 11 ballons touchés dans un Barça positionné en bloc médian. Sa seconde apparition a accouché de 71 minutes pour 42 ballons joués dans une équipe en bloc haut jusqu’à la pause, bloc médian par la suite.

Si le Français est apparu plutôt libéré dans le derby, les choses ont été plus difficiles pour lui face au champion d’Italie – ce qui s’explique, aussi, par le fait qu’il s’agisse probablement de la meilleure organisation défensive d’Europe. En essayant de voir plus loin ces deux matches sont déjà porteurs d’enseignements sur la solubilité de Dembouz dans l’organisation culé, notamment en fonction de la hauteur du bloc de son équipe.

L’inconnue des petits espaces

Face à la Juventus et son système défensif huilé comme un arbre à came – même privé de plusieurs titulaires, Dembélé a été aligné par Valverde dans la même position que Deulofeu lors des matches précédents, en véritable ailier droit avec Messi libre dans l’axe et Suarez naviguant entre l’axe et le half-space gauche. A l’image de l’ensemble de son équipe, Ous a souffert en première mi-temps, étouffé par le peu d’espace laissé par une Juventus habituée à jouer bas. Malgré une paire de chevauchées inabouties en début de rencontre, le Français a paru statique, dos à la défense, sans savoir réellement comment se déplacer sur un échiquier rigide.

Dans les faits, comme on peut le voir sur le schéma ci-dessous, la Dembe n’a réussi que très peu souvent à s’inviter dans les 30 derniers mètres bianconeri – un centre en retrait, une frappe dans la surface qui aurait pu mériter un pénalty, une série de dribbles contrée. Le reste du temps, il a surtout joué en appui, se contentant de remises latérales ou en retrait.

La première mi-temps de Dembélé face à la Juve (Barça en bloc haut). Sans espaces, le Normand a tenu son côté droit sans être très sollicité. Il n’est entré que 3 fois dans les 30 derniers mètres adverses (source : fcbarcelona.fr)

C’est la principale inconnue dans l’arrivée de l’ancien Rennais au Camp Nou. Joueur de grandes chevauchées, son jeu dans les petits espaces peut interroger avec et sans ballon. Au Barça, il fera très souvent face à des défenses basses, denses et renforcées, dans lesquelles il n’aura pas le loisir de pouvoir appeler le ballon dans l’espace. Il devra apprendre à recevoir le ballon dos au jeu, à se déplacer sur de petites distances, autour de ses partenaires. Ballon aux pieds, on est aussi en droit d’avoir quelques réserves. S’il est un crocheteur hors-pair, il n’a pas constamment le ballon collé aux chaussures comme un Messi ou un Iniesta, ce qui le rend plus vulnérable dans les séries de dribble, il risque de réussir le premier, voire le deuxième, avant de pousser trop loin le suivant. Dans son quotidien culé, Dembélé va devoir s’habituer aux superficies de cabines téléphoniques. Pour dribbler, mais aussi pour passer. Pour le moment, la qualité de ses transmissions reste à valider.

A ce titre, sa deuxième mi-temps face à la Juve a été un calvaire, 6 ballons perdus sur 10, la plupart sur des passes – pas forcément compliquées pourtant – à une touche de balle. On plaidera certainement la thèse du coup de mou physique. Ou émotionnel… Face aux Turinois, Dembouz n’a pas affiché l’insouciance qu’on lui prête souvent. Ç’avait déjà été le cas lors de sa première titularisation en Equipe de France face à la Côte d’Ivoire, où il avait semblé écrasé par le poids du maillot. Avant de prendre les choses à son compte lors de sa sélection suivante, face au Luxembourg… dans un match face un bloc bas et replié. Comme quoi il y a de l’espoir.

Sa 2MT face à la Juve (Barça en bloc médian après l’ouverture du score). Malgré plus d’espace devant lui, Dembélé a très peu pesé et perdu l’essentiel de ses ballons – 6 sur 10 – de façon assez grossière (image : fcbarcelona.fr)

Le feu dans la prairie pour ses débuts

On vient de la voir, le jeu de Dembélé dans le petit périmètre suscite encore quelques doutes. A champ ouvert, par contre, c’est une toute autre limonade. Depuis le début de saison, le Barça de Valverde débute ses parties en bloc haut, campé dans la moitié de terrain adverse, pressing immédiat à la perte. Une fois installé au score, l’équipe relâche alors son étreinte pour reculer vers un bloc médian, qui facilite le jeu en transition et permet à certains de ses joueurs de profiter de plus de confort. C’est évidemment le cas pour le gamin d’Evreux. Face à l’Espanyol, il avait profité d’un demi-terrain ouvert devant lui pour aller offrir le but de la manita à Luis Suarez.

(Notons qu’il ne s’agissait pas à proprement parler d’une situation de contre, puisqu’au départ le ballon se trouve dans les pieds de ter Stegen, qui a réussi à sauter le pressing par sa relance pour offrir une situation avantageuse. Le Barça est très efficace dans le domaine, le 3ème but face à l’Espanyol et le premier contre la Juve sont tous les deux partis des pieds du gardien Allemand).

A champ ouvert, Dembélé est intenable. Sur le but de Suarez, par sa seule vitesse de course dans la profondeur (très bien servi par Gomes), il transforme un 2 contre 4 en situation de 2 contre 1, qu’il caviarde pour l’Uruguayen (images : BeInSports).

Face à la Juve, le Barça a miraculeusement viré en tête à la pause. Empêtré dans la défense de la Juve avant les citrons, le bloc blaugrana a reculé d’une quinzaine de mètres pour s’ancrer autour du rond central, laissant plus d’espace dans la moitié transalpine. Si ballon au pied Dembélé a connu des moments difficiles, ses prises de profondeur ont considérablement gêné l’arrière-garde italienne. A trois reprises, il s’est fendu de grands sprints dans la diagonale qui ont provoqué un bon coup-franc, un autre CF oublié par l’arbitre, et une création d’espace dont Messi a profité pour aller claquer son doublé. Si l’on attend encore de voir la Dembe briller dans des chevauchées de regates, sa vitesse et ses appels en profondeur sont à coup sûr des armes dont l’effectif ne disposait pas. Et qu’il va devoir utiliser.

Besoin de connexions

La vitesse de Dembélé est donc une plus-value exceptionnelle pour le Barça. Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, le onze de Valverde peut se flatter de posséder cette saison deux mobylettes sur les côtés, avec Jordi Alba – que l’on connaissait déjà… – et Nelson Semedo. L’an passé, le « tout pour la MSN » décrété par Luis Enrique avait considérablement réduit l’influence offensive des latéraux, et plus généralement le jeu dans la largeur. Valverde a visiblement fait de l’utilisation des couloirs un cheval de bataille et on ne va pas s’en plaindre.

Pour le moment, son Barça affiche un visage asymétrique, avec Suarez et Messi assez axiaux – ne me dites pas que Luisito joue réellement à gauche de l’attaque… – et un seul ailier, posté dans le couloir droit. De fait, la bande gauche est déserte et offre à Alba un boulevard pour s’octroyer des déboulés souvent très dangereux. Dans l’animation, le FCB cherche à attirer un maximum la défense d’un côté du terrain, pour la surprendre à l’opposé dans l’espace créé. Ça avait très bien fonctionné dans le derby, moins face à la défense cinq étoiles de la Juve. On verra si la Valve poursuit dans ce système, et s’il continue à cantonner Dembélé sur la droite. Il serait certainement très productif de laisser à Ous la liberté de se balader de droite à gauche, pour libérer tantôt le couloir d’Alba, tantôt celui de Semedo – qui a vraisemblablement assez de feu dans les cannes pour envoyer du débordement à tout crin. Si cela devait arriver Dembélé serait de toute façon constamment du côté le plus embouteillé de la défense. C’est pourquoi il devra nécessairement développer des affinités avec ses latéraux, pour fluidifier l’animation des couloirs. Contre l’Espanyol et la Juve Dembélé et Semedo ont assez peu combiné. Quatre échanges entre les deux joueurs seulement contre l’Espanyol (3 dans le sens latéral-ailier, 1 en sens inverse) puis dix contre la Juve (7 et 3), dont une seule passe réellement constructive pour un dédoublement du Portugais.

La nature des (assez rares) échanges entre Dembélé et Semedo sur les deux matches. Essentiellement des passes de transmission sans décalage, hormis un dédoublement de Nelsinho contre la Juve (images : fcbarcelona.fr)

Dembélé: tenter plus pour passer plus

Sur les premiers matches de la saison, c’est Gerard Deulofeu qui a occupé le poste dévolu au transfuge de Dortmund. Pour un résultat assez poussif, Deu n’étant pas assez mobile et ni assez provocateur. Si l’on n’a pas encore vu une énorme différence pour Dembélé dans le volume et la percussion, notamment contre la Juve – la faute peut-être à beaucoup de pression et trop peu de fraîcheur – c’est là-dessus qu’on l’attend. C’est notamment un des leitmotivs de Pep Guardiola, l’équipe doit faire le nécessaire pour amener les ailiers en situation d’aller dribbler en un contre un. Quitte à rater, et recommencer. Et recommencer. Et recommencer. De par la nature de son dribble, on imagine bien Dembouz avoir un déchet conséquent dans ses tentatives. L’an passé en Bundesliga, il a tourné à 3,2 dribbles réussis par match. A titre de comparaison, en Liga, Messi était à 3,7 et Neymar à 5,2  -meilleur en Europe dans la catégorie – données WhoScored.com. Contre la Juventus, il est resté dans cette moyenne avec 3 réussites et 2 échecs.

Cette année, au Barça, Dembélé ne devra pas jouer avec le frein à main et envoyer les chevaux. Quitte à tenter 10 dribbles par match et n’en réussir que la moitié, on retiendra volontiers ce qu’il se sera passé suite aux décalages réalisés, plutôt que de stigmatiser les tentatives contrées par la défense.

Conclusion

Evidemment impossible d’analyser proprement un joueur sur une paire de matches, il faudrait plutôt considérer la dizaine comme ordre de grandeur. Néanmoins, l’organisation nouvelle du Barça, qui fait la part belle au jeu de couloir, devrait favoriser le jeu de Dembélé – qui profitera également de l’accumulation de défenseurs sur Messi. Pour le moment, on a pas mal de certitudes – quand il a du champ devant lui – et quelques doutes son jeu dans le petit périmètre. A lui de s’employer, de provocations individuelles en connexions collectives, pour apporter au FCB la percussion offensive dont il a grandement besoin.

Abonnez-vous c'est gratuit!

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Photo: Manuel Blondeau/AOP.Press/DPPI

A propos de l'auteur

Julien Llop
Julien Llop

Amateur du Barça, de Guardiola, de stats et de tactique. Titulaire sur Blograna.fr depuis 2011

11 Comments

Réagissez
  • Super article comme d’hab ! Ce qui m’inquiète le plus chez Dembélé ce n’est pas tant son déchet dans les dribbles étant donné que le dribble est un action à risque, mais plutôt son déchet dans les passes, beaucoup trop important pour un jeu basé sur une possession à outrance comme celui du Barça. Heureusement il bénéficie d’une énorme marge de progression donc il aura encore le temps de réduire son déchet technique pour être plus concrêt dans ses transmissions, y compris dans les plus simples d’entre elles. Autant Dembélé est un joueur capable de donner des caviards à ses partenaires à foison, autant pour le jeu en en remises dans des petits espaces, il doit impérativement s’améliorer. Et comme il est entouré d’excellents joueurs (Messi, Iniesta, Rakitic qui a retrouvé un niveau optimal etc.), il apprendra surtout s’il est de bonne volonté.

  • bravo pour Julien qui nous régale a chaque fois avec ses articles haut de gamme §
    et pas de langue de bois. je pense que le duo Semedo et Dembele sont tous des débouleurs et que le jeu de courtes passes ne leur convient pas efficacement du mois a court terme.
    une defense a trois et deux milieux défensifs (Busquets et Paulinho) pourrait donner plus d’espace a Dembele mais va freiner Jordi dans ses chevauchées offensives.
    ou associer Dembele sur le coté Jordi et Iniesta plus experimentés a bien lancer Dembele sur le coté ou a rentrer dans l’axe comme ils ont si bien alimentés Neymar auparavant
    et Merci pour Julien qui nous pousse au mieux pour apprécier le foot barcelonais

  • moi je crois a son evolution et son adaptation avenir;car j pense Que ces mm critiques faisais objet les annees arrieres quand le fameux ney avais foullee ces pieds au camp nou ;et apres tout etais bien regler. ..Bonne chance a dembele

  • Un article à venir sur le fait que Semedo nous a tous totalement rassuré ce coup ci? Il a été énorme tout le match, surtout en défense. Face à la Juve! La pression il connait pas une fois sur le terrain. :0
    Super recrutement pour le coup!

    Merci pour vos articles, que ce soit purement de l’analyse tactique et technique comme ici ou non, ma culture Barça s’en porte mieux. ^^

  • J’attendais ce papier technique sur Dembele.C’est excellent! On espère plus de lui, je crois qu’il y arrivera avec l’aide de toute l’équipe mais surtout son intelligence d’adaptation

  • N’oublions pas que L. Suarez n’était guère mieux à son arrivée au Barça! Et il n’y a pas que lui. Valverde va le faire travailler afin de combler ses lacunes. Pour l’instant, Semedo s’en sort mieux. Dembelé me donne l’impression de vouloir trop bien faire et finalement rate beaucoup. Attendons voir. Normalement, il aurait dû marquer son premier but en coupe d’Europe si l’arbitre ne sifflait que ce qu’il voulait bien tout au long de la rencontre.
    Par ailleurs, le but de L. Suarez, à mon sens , est valable car, au moment où il était en position de hors jeu, le ballon ne lui a pas été adressé. Dans l’action de jeu, sur l’aile gauche, la défense de la Juve est descendue et a couvert Suarez. Ce n’est qu’à partir de ce moment là que Suarez a touché le ballon!
    Julien, votre article est honnête et j’espère que Dembélé s’emploiera, par ses prestations, à vous convaincre d’écrire de belles choses le concernant!
    Plus généralement le Barça reprend confiance et, je demande si ce n’est pas Bartomeu qui a raison en déclarant que l’équipe sera plus compétitive cette année que la précédente !
    En tout cas, le jeu à une touche de balle, la récupération du ballon avec pressing à deux ou trois, la préparation des attaques placées, l’occupation de la moitié de terrain adverse et l’animation des couloirs reviennent. Ce n’est pas encore le top, mais le travail paie !

  • D’emblée est très jeune, aussi bien pour assimiler le jeu du barça que pour combler un vide dont le barça en souffre avant son arrivée, votre article est percutant mais pour deux rencontres, assez particulières, ou on a vu d’autres anciens joueurs étaient en difficultés. Notre souhait c’est de voir Dembele gagner plus de confiance et oublier le football à la française, ou tous joueurs trouvent leur compte, ici c’est la Liga, seuls les grands y survivent. D’ailleurs Valverde en est conscient (sa déclaration avant la Juve). Le plus grand gagnant, le barça au moins dispose d’une alternative de classe, juste question de temps. Très bonne continuation. VISCA barça

  • Très bel article !
    je voudrais juste qu’on en garde en tête que le gamin n’a que 20ans c’est à dire un an de moins que Ney quand il a rejoint le barça.
    une dernière question
    quand est ce que valverde va se décider à passer en 4-2-3-1 ? car Suarez est devenu invisible dans le jeu offensif exceptés quelques éclats intermittents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *