UA-59106369-4

Corners: le Barça toujours au piquet

Particulièrement solide depuis le début de saison, le Barça a pourtant craqué par deux fois (déjà) sur corners. Une vieille, et vilaine, habitude. Retour, en chiffres et en vidéo, sur la gestion des coups de pieds arrêtés, notamment autour de la défense en zone mixte sur corners.

Ça confine à la légende urbaine… « Attention à ce corner, on sait que le Barça est très fragile sur coup de pied arrêté ». Ce genre de vérité définitive, souvent envoyée aux audiences par des commentateurs qui ont vu trois matchs blaugrana au cours des douze derniers mois, a fait son chemin dans l’imaginaire commun. Si la réputation du jeu catalan dans ce domaine confine parfois à la caricature, il faut tout de même avouer que la défense culé a régulièrement donné du biscuit à ceux qui pointent du doigt sa friabilité sur coups de pieds arrêtés (CPA).

Le bilan chiffré des dernières saisons sur corners

La réalité d’un Barça très faible sur coups de pieds arrêtés défensifs ne s’est pas toujours vérifiée lors des cinq dernières saisons. Si la part de buts encaissés sur CPA était anormalement importante sous Martino, les deux premiers exercices de la trilogie Luis Enrique avaient modifié (en bien) cette dynamique. Lucho avait en effet mis en place un gros travail sur ce secteur de jeu. Un travail qui a porté ses fruits avant que l’équipe ne retombe dans ses travers l’an passé.

Pourcentage des buts encaissés sur coups de pieds arrêtés lors des dernières saisons (données : WhoScored.com et Understat.com)

Avec deux buts pris sur corners depuis Septembre, le pourcentage n’est évidemment pas bon pour Valverde. Mais il est quelque peu faussé par le total remarquablement bas de buts encaissés (seulement 5).

Au niveau statistique, il est reconnu que l’efficacité offensive sur corner est inférieure à 2% – soit 1 but marqué tous les 60 corners. Comme l’indique le tableau ci-dessous, le Barça est dans les clous de cette stat en Liga, mais pas au global en prenant aussi en compte la Champions League.


Détail des corners concédés cette saison en Liga et Champions (données : fcbarcelona.fr et Understat.com)

En championnat, le FCB a donc concédé 61 saques de esquina, dont seulement 14, soit 23%, ont été convertis en tir par l’adversaire. Ce chiffre, à première vue plutôt flatteur, est à mettre en perspective. Le Barça est en effet l’équipe de Liga qui subit le plus gros ratio de centres repris par l’adversaire après des centres dans les actions de jeu et les coups de pieds arrêtés. La défense blaugrana voit l’adversaire reprendre le ballon plus d’une fois sur 4 alors tandis que le Real, premier de la classe, reçoit deux fois moins de tirs que le Barça dans la même situation (14% contre 27%, voir ci-dessous).

En ce qui concerne l’efficacité sur CPA défensifs (on n’a pas considéré les coups-francs directs), sous Luis Enrique le FCB a joliment performé sur les deux premières saisons, en encaissant en moyenne 2,25 buts de moins qu’attendus. La stat s’est complètement inversée l’an passé, avec près de quatre buts de plus que le nombre estimé.

S’il est trop tôt pour comparer le bilan de Valverde avec celui de son prédecesseur, on peut tout au moins faire un parallèle au niveau de la qualité des occasions concédées. Sur corner, chaque tir adverse a 7% de chance de finir au fond, soit le même chiffre que lors des « bonnes » années Lucho (contre 9% dans sa « mauvaise » saison). La défense culé est également particulièrement efficace sur les coup-francs indirects puisque l’adversaire a seulement 3% de probabilité de marquer suite à un tir.

Détail des Expected Goals des dernières saisons, sur corners et coups-francs indirects subis (données : understat.com)

La zone mixte sur corners est toujours d’actualité

Comme de coutume depuis plusieurs années, l’organisation du Barça sur corners n’a pas différé avec l’arrivée sur le banc d’Ernesto Valverde. Le FCB s’organise en zone mixte, avec marquage individuel pour tous sauf Suarez et Piqué, chacun en zone dans leur secteur respectif (premier poteau pour l’Uruguayen, axe des 6m pour Gerry).

Mise en place typique du Barça sur corner défensif (design : sharemytactics.com)

Le risque assumé se trouve au second poteau, zone qui n’est pas couverte par un joueur libre de marquage. Mais c’est le secteur le plus difficile à atteindre pour le tireur, et le « temps de vol » du ballon peut permettre à Piqué de se déplacer vers le second poteau pour être actif à la retombée.

Si traditionnellement l’effectif blaugrana est considéré comme « petit » par la taille, et donc en situation d’infériorité au duel pour les joueurs au marquage, ceci est de moins en moins vrai puisque le FCB possède en Busquets, Rakitic, Gomes, Umtiti et Paulinho un cortège de joueurs de plus d’1m80 qui le distingue nettement des années Guardiola. Le FCB mouture 2017-18 devrait donc avoir des arguments supplémentaires pour gagner en imperméabilité sur le CPA.


LE PARTI PRIS: PERSONNE AUX POTEAUX

Comme tout le monde l’aura certainement remarqué, le Barça ne place jamais de joueur pour couvrir ses montants sur corner. La pratique a ses adeptes et ses détracteurs, mais elle découle d’une certaine logique.

Si l’on considère que l’on défend à 9 joueurs de champs face à 7 attaquants, on peut choisir de :

1 - Placer un joueur à chaque poteau. Ces deux joueurs libres sont passifs et ne seront utiles que dans les rares cas où le ballon viendrait terminer sa course près des poteaux. Généralement, on choisit des joueurs de petite taille (a priori les moins bons dans le jeu aérien). Du coup, les 7 autres défenseurs sont au marquage (individuel – c’est le plus « problématique » - ou zone), de ce fait les meilleurs joueurs de tête ne se trouveront pas forcément dans la zone de tombée du ballon.

2 - Ne placer personne aux poteaux. On choisit d’utiliser la supériorité numérique pour libérer les deux meilleurs joueurs de tête, qui ne s’occupent que de jouer la trajectoire du ballon. Ils sont actifs sur quasiment tous les corners subis. Parmi les 7 joueurs au marquage, il y a probablement des infériorités dans le domaine aérien, mais le rôle du défenseur sera dans un premier temps de gêner son adversaire au duel pour faciliter l’intervention de son homme libre.

Le principe peut évidemment être encore soumis à débat, mais, surtout dans le cas du Barça qui compte peu de joueurs efficaces dans le jeu aérien, le choix d’utiliser les hommes libres en zone plutôt qu’aux poteaux parait la meilleure. Elle permet en effet de maximiser les interventions de ses meilleurs joueurs de tête.

Une implication sur corners parfois discutable

Cette saison, le Barça s’est incliné deux fois sur corner, face à Séville (but de Pizarro) et à Olympiakos (but de Nikolaou). Évidemment, aucune organisation défensive n’est infaillible, et l’on a le droit de perdre un duel face à un bon joueur de tête, le droit de s’incliner sur un corner parfaitement frappé… Mais à y regarder de plus près, tous les Barcelonais ne sont pas forcément exempts de tout reproche. Voyons dans le détail, dans la vidéo suivante, les clés de ces deux actions.

https://youtu.be/b_G14m_hq2M

Face à Séville, la première lecture qui peut être faite, la plus simpliste et la plus évidente, est la suivante : Piqué est fautif, il a perdu le duel. Incontestable. Pourtant, il a dû défendre face à un Pizarro lancé et libre de tout marquage. C’est certainement le point le plus inacceptable dans le but encaissé. Piégé au départ de l’action par le « bloc » de Lenglet, Semedo a laissé filer Pizarro. Idéalement, même si on ne demande pas nécessairement au Portugais de gagner le duel aérien, le minimum est qu’il reste au contact de son attaquant, gêne sa course, et équilibre ainsi le rapport de force pour l’intervention de Piqué.

Même son de cloche sur le but de Nikolaou. Le Grec est grand et très bon dans le jeu aérien, mais André Gomes se laisse trop naïvement décrocher du marquage. Il manque certainement de vice pour perturber le saut de son adversaire. A l’arrivée, ce qui aurait dû être une lutte à 2 contre 1 (Gomes+Paulinho contre Nikolaou) devient un duel dans lequel le Grec a tous les avantages (différence de taille, positionnement sur la trajectoire).

A noter que sur ces deux actions, le ballon finit sa course sous la barre et il n’est pas du tout certain qu’un joueur au poteau aurait pu intervenir et sauver sur la ligne… Plus globalement, l’organisation en zone mixte est assez efficace concernant le champ d’action de Suarez et Piqué, mais l’implication de leurs partenaires n’est pas toujours optimale. L’an passé déjà, certains joueurs s’étaient rendu coupables de faire « acte de présence » plutôt que de véritablement jouer les duels. Ce fut notamment le cas lors du match perdu à La Corogne, avec deux buts encaissés sur corner, sur lesquels Rakitic, Busquets et Alba n’avaient même pas sauté.

On a pu remarquer depuis le début de saison certains comportements suffisants, comme décrits dans la vidéo suivante. Le Barça n’a certes encaissé « que » deux buts sur corner, mais il y a eu nombre d’autres alertes sur la cage de Ter Stegen qui auraient pu alourdir l’addition.

https://youtu.be/LXe3tHIlYXU

Plusieurs facteurs sont à souligner concernant les manques défensifs des joueurs chargés des marquages individuels :

Les écrans : dans une mécanique empruntée au basket, de plus en plus d’équipes ont recours à des « blocs » pour perturber la défense. Le Real Madrid s’en était fait une spécialité (Piqué visé par Lucas Vazquez notamment). On a vu à plusieurs reprises que les adversaires du Barça arrivaient à se défaire du marquage par le biais de ces écrans. Les Catalans manquent peut-être de vice (ou d’une contre-organisation) pour pallier à ce problème.

La qualité du marquage: à ce niveau-là, il s’agit juste d’une question de volonté. On l’a vu en vidéo par deux fois avec l’exemple d’André Gomes (mais ça reste valable pour d’autres), il y a parfois trop de dilettantisme dans le marquage des adversaires.

Le duel: il est entendu que Suarez et Piqué ont la charge d’éloigner le danger, mais ça ne dédouane pas leurs partenaires de réellement s’engager dans leur duel. Il est inconcevable de voir certains joueurs ne pas sauter et regarder leur adversaire jouer le ballon. Même s’ils ont peu de chance de gagner leur duel, tout effort sera bienvenu pour gêner l’adversaire et favoriser l’intervention des deux joueurs libres.

La proéminence de Suarez et Piqué dans l’organisation sur corner ne doit en aucun cas impliquer que leurs camarades fuient leurs responsabilités. Au contraire, l’effort individuel de chacun ne pourra que rendre plus efficace la défense sur coups de pieds arrêtés.

A suivre dans le courant de la saison, pour voir si le Barça arrive à faire mentir les clichés qui circulent sur sa porosité sur coups de pieds arrêtés.

Abonnez-vous c'est gratuit!
[jetpack_subscription_form]

Photo: Urbanandsport/NurPhoto

A propos de l'auteur

Julien Llop
Julien Llop

Amateur du Barça, de Guardiola, de stats et de tactique. Titulaire sur Blograna.fr depuis 2011

8 Comments

Réagissez
  • Très bel élément,encore merci pour ces détails précis,concis et croustillants. Merci pour cet éclairage à chaque fois.
    Vamos Barcelone

  • bonjour

    j’ai jamais pigé pourquoi Barca est fragile sur les corners ; je penchais petite taille des joueurs seulement et Piqué le seul valable dans les airs .
    mais maintenant, je dis merci et bravo à Julien pour ses analyses bien étudiées et bien argumentées qui nous éclaire mieux sur le football de Barca que nous likions et likons ever fort

  • Wow ! Je suis éclairé à un eternel questionnement sur la fragilité de l’équipe sur les corners. Merci, Julien. Un article pareil, nul par ailleurs …Bravo LeBlogduBarça.

  • Très bon article. Les duels aériens est une des plus grandes faiblesses du Barça notamment cette saison et à mon avis ce n’est pas qu’un problème de taille quoique… Busquets qui est plutôt très grand est fort dans ce domaine alors qu’un Piqué qui est tout au moins aussi grand en taille est faible dans les duels aériens.

  • Merci pour l’article , mais aussi nous avons pas mal de faiblesse que les joueurs peuvent rectifier si le coach se sue la dessus, comme le tir cadré que seulement Messi en est capable. or au Réal presque tous les joueurs sont capables et tout adversaire y craint donc Valverde doit lui aussi travailler là dessus car c’est aussi sa faiblesse. Comme tout joueur tout coach à un défaut et je voudrais que Valverde analyse bien les points faibles de son équipe or se focaliser seulement sur la défense ne vaut rien si a chaque corner ou coup pied arrêtés nous sommes punis je me rappelle du clasico allé au Camp nou Ramos nous avait puni sur ce fait je pense que les joueurs oublient vite ou ne se rendent compte même pas de leurs fautes. Zizou et ses hommes regrettent et se corrigent le plus vite possible alors que les nôtres font toujours le même bêtises. Je conclurai vu que ils sont nuls dans ces domaines et que Valverde ne tienne pas à s’acharner la dessus la solution serait de les éviter sinon .

  • Pour ce 12 ème journée de Liga je crains pas Valence mais plutôt le Réal or s’ils arrivent à battre Atletico ils seront nos dauphins et là la morale leur reviendra et nous serons cuit donc à Valverde de faire le plein fouet pour que l’avance que nous avons soit maintenue et de creuser l’écart si possible avant le clasico et le choc contre Valence. Je souhaiterai un match nul entre le madrilènes et aussi pour Valence.Visca Barça

  • Merci pour cette analyse. Le point faible du barça sur coup de pied arrêté a toujours été Piqué. Comment comprendre que le joueur le plus élancé du barça et qui plus est défenseur central, soit aussi nul sur coup de pied arrêté? J’adore Piqué car il est représente la masia et il déteste le real…lol, mais j’estime qu’il pénalise trop l’équipe. C’est inacceptable de voir un joueur élancé comme piqué se prendre 2 cartons jaunes pour s’être servi de la main sur corner. Et pour couronner le tout, il s’est pris je pense 4 cartons jaunes pour tirage de maillot..tout simplement le maillon faible de la défense et de toute l’équipe d’ailleurs. Le coach avait puni Deuloufeu et Suarez pour mauvais rendement. Il est temps qu’il en fasse de même pour Piqué. Titulariser Vermalen ne serait pas un scandale. D’ailleurs il n’aura pas le choix contre valence car Mr Piqué s’est pris un 5e jaune contre Leganes pour…tirage de maillot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *