UA-59106369-4

Le Barça en a plein les urnes

Entre la fin de la motion de censure et le référendum sur l’Indépendance de la Catalogne, le Barça en a cette semaine vraiment plein les urnes.

Le F.C. Barcelone vient d’enchaîner sa 8ème victoire consécutive mercredi à Lisbonne. Il domine la Liga avec 4 points d’avance sur l’Atletico Madrid et son groupe de Ligue des Champions avec 3 unités de plus que la Juve et le Sporting. Les résultats sont donc au vert.

Cependant le bruit autour du Club ne s’arrête pas entre motion de censure et le référendum pour l’indépendance qui doit se tenir le 1er octobre. De quoi en avoir pleins les urnes alors que Valverde construit petit à petit son équipe sur le terrain de jeu.

Benedito promet un procès

Benedito s’était lancé bien seul dans un projet de motion de censure. Il a échoué puisqu’il n’a pas réunit les 16.570 signatures nécessaires pour promouvoir le vote de censure qui aurait pu renverser Bartomeu – il aurait fallu 66% des votants contre le Président sortant. Toutefois la partie n’est pas finie. Benedito a en effet déclaré qu’il voulait ouvrir un procès contre le F.C. Barcelone pour lui avoir exigé de remettre les signatures le 27 septembre au lieu du 2 octobre comme il le prétendait. « Dans ce cas là j’aurais obtenu les signatures nécessaires » a juré le socio frondeur, dans des déclarations reprises par Sport.

La pomme de discorde? Pour Benedito le samedi n’est pas un jour ouvré alors que le F.C Barcelone considère le contraire. Le vice-président Cardoner a justifié la position du Club après consultation du Doyen du Collège d’Avocats de Barcelone et du Secrétariat Général des Sports de Catalogne. La guerre continue donc entre ceux qui étaient collègues en 2003 après l’élection de Laporta.

Le Barça le cul entre deux chaises avec l’indépendantisme catalan

Deuxième front ouvert pour le F.C. Barcelone: celui du référendum du 1er octobre au cours duquel les Espagnols résidant en Catalogne doivent se prononcer sur l’indépendance ou non de la région. Le Barça soutient le fait qu’il ait lieu au nom de la liberté d’expression puisque 75% des personnes interrogées en avril par La Vanguardia souhaitent s’exprimer sur la question.

Le Club catalan prend bien soin cependant de ne pas prendre partie pour un camp ou un autre malgré les pressions reçues. Bartomeu estime que ce serait une erreur, Cardoner dit que le match de dimanche contre Las Palmas, le jour du référendum, doit être une rencontre comme une autre, et Villarubi ne met de pression à personne quand il dit que le Barça jouera « la même Liga que l’Espanyol et Gérone ». Sauf que le seul fait de s’être positionné en faveur du référendum fait du F.C. Barcelone un paria dans une bonne partie de l’Espagne. Les indépendantistes, eux, auraient aimé compter sur un soutien massif de l’entité catalane mondialement connue. Le Barça ne plait donc à personne, quelles que soient ses initiatives.

Les urnes de la discorde

Comment en est-on arrivé là? C’est très simple: dans les deux cas, le dialogue est rompu. Benedito préfère attaquer le Barça en justice plutôt que de tourner la page. L’ex candidat à la présidence aurait pu pourtant bomber le torse avec les 12.504 signatures qu’il affirme avoir obtenu. En effet, jamais aucun opposant n’a réuni autant de soutiens! Ils étaient 6.014 avec Laporta en 98 et 9.473 avec Giralt en 2008. Benedito en a donc recueilli 3.000 de plus avec une visibilité quasi-nulle dans Mundo Deportivo, aucun soutien – hormis Laporta sur 1 tweet – et aucun candidat crédible pour remplacer Bartomeu si celui-ci avait été destitué par le Vote de Censure. Pourtant Benedito ne va pas aller au bout de sa motion. Il préfère détruire les signatures des socios plutôt que de les donner au F.C. Barcelone pour officialiser ce bon score. Il est en cela soutenu, selon lui, par « plusieurs socios ». Ceux consultés par Le Blog du Barça lui donnent plutôt raison. Ils n’ont pas confiance envers Bartomeu et son comité directeur. Ils préfèrent se faire hara-kiri et laisser planer l’ombre d’un doute sur le véritable score de la motion de censure.

Son bulletin a été détruit (photo: Olivier Goldstein)

Son bulletin a été détruit (photo: Olivier Goldstein)

C’est un peu la même chose quand on parle du référendum sur l’indépendance de la Catalogne. On est pour ou contre, sans demie-mesure. Les policiers envoyés en renfort à Barcelone ont été accompagnés par des « A por ellos »  – « réglez leur leur compte » – à leur départ de différentes villes d’Espagne la semaine dernière. Piqué, qui s’est positionné une fois de plus pour le droit à l’autodétermination hier via Twitter, a vu une campagne #PiqueFueradelaSeleccion – Piqué viré de la sélection nationale – être trending topic en Espagne pendant 5 heures de suite! (source: trends24.in). Une affiche pro-indépendance compare de son côté le premier ministre démocratiquement élu Mariano Rajoy au dictateur Franco. Les deux parties sont irréconciliables et écartèlent le F.C. Barcelone, qui n’en peut plus de ce grand écart auquel il ne veut pas participer.

Alors que les urnes de Benedito ne seront pas utilisées et celles du référendum peut-être confisquées par l’Espagne qui le juge illégal, le Barça, lui, en est réduit à subir une situation dues aux rancoeurs passées dans laquelle ses dirigeants n’en ont pas toujours la responsabilité.

Abonnez-vous c'est gratuit!

Abonnez-vous à ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Photo: AFP PHOTO / LLUIS GENE

A propos de l'auteur

Olivier Goldstein
Olivier Goldstein

Journaliste sportif spécialiste du F.C. Barcelone. Sur @Equinoxradio et 2 fois par semaine sur @But_FC. Fondateur de @leblogdubarca. A Barcelone depuis 2005.

5 Comments

Réagissez
  • Compliqué tout ça si l’on se pose du point de vue du sportif, mais ça peut au contraire remplir les joueurs de courage de jouer dans un club si symbolique, sans égal…

    Par contre je suis pas d’accord sur la fin de votre billet ce coup ci: je ne suis pas Catalans mais je sais que mon père m’a toujours dit « c’est l’état espagnol et non l’Espagne » du fait de son Histoire… Pour certains, même très jeunes qui on ne serait-ce qu’un petit peu lu l’Histoire (très récente) de cette region c’est plus que des « rancœurs ».

    Je ne connais pas les raisons des hauts dirigeants Catalans et Espagnols à la manœuvre mais les peuples ont effectivement le droit à l’autodétermination et ceux qui pensent l’extrême inverse sont ceux qui doivent inquiéter (surtout quand on observe la richesse de toutes ces régions en patrimoines, langues et cultures… Mais ils sont aveugle et perdus car nostalgiques de Franco, l’un des pires salaud du 20ème, malheureusement remplacé par un roi revenu, dommage que l’Histoire n’est pas été différente et que celui-ci est obtenu le soutien Nazis).

    • Je me suis bien sûr avancé en parlant de soutien Nazis (qui n’était pas officiel), il y a eu beaucoup d’aide d’autres pays pour les nationalistes et très peu pour les républicains…

      Mais l’Histoire de la Catalogne et d’autres régions d’Espagne remonte au delà de la guerre civile…

      • Ce qu’il faut surtout comprendre c’est que les dirigeants espagnols eux ne font pas d’idéologie ou de politique dans ce cas pour la grande majorité, ils ont peur que l’expression du peuple catalans, surtout si le oui l’emporte, soit le début de l’effritement de l’état espagnol (devenu ultra libéral plutôt qu’ultra nationaliste mais on peut garder le même terme!) et de LEUR pouvoir. (avec plus de pouvoir pour les dirigeants Catalans, qui veulent aussi satisfaire ce vote pour rester en place et contenter…)
        Pas qu’une affaire d’Histoire tout ça…

  • Un milliard de Mercis à Equinox Radio pour ces reportages sur ce premier dimanche d octobre 2017 . J aurai tant voulu être la , parmi ces gens que j aime et vos articles et vidéos m ont fait sentir l ambiance comme si j y étais …..merci , vous êtes de vrais barcelonais, mais je n en doutais pas …sinon question foot ,on ne change pas une équipe qui gagne, non ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *